01. — ETRANGE VILLE

Etrange ville, le soir
Concert d’âmes mortes
Le chef d’orchestre bat la mesure
De sa baguette de maître – de maître d’école qui punit
Mais il n’y a pas de musiciens
Pas de public non plus
– et les enfants sont enfermés à double tour dans leur prison
Rien, personne
Que ce silence de fin du monde
Et les campagnes désertes aussi
Machines agricoles à l’arrêt dans les cours de fermes
Les chiens n’aboient plus
La corneille fait de tout petits pas malades
Dans les terres retournées

Monde à l’arrêt qui attend sa résurrection
Sa rédemption, peut-être
Qui attend la vie d’avant
La vie de l’ancien monde

One Comment

  1. Françoise Lapierre
    Françoise Lapierre 22 février 2021 at 23 h 02 min . Reply

    Poème de l’étrangeté du monde confiné.
    Vie suspendue ; espoir aussi comme celui de ce blog qui renaît.

Post Comment

CAPTCHA *Captcha loading...