• 124. — D’un homme de tradition

    124. — D’un homme de tradition

    Sur le tard (à la fin des années 90), la pensée dominante lui trouva bien des défauts : il était devenu réactionnaire, le déclin de l’Occident l’obsédait un peu trop et, par fidélité à l’Eglise du passé, le malheureux fréquentait Saint-Nicolas du Chardonnet. Le billot n’était pas loin. Avant ce retournement, les bien-pensants respectaient le romancier…

  • 123 . — De deux figures de la séduction

    123 . — De deux figures de la séduction

    Trop souvent on associe Don Juan et Casanova. Pourtant, si, pour le premier, on se réfère à Tirso de Molina, Molière, Pouchkine et Lenau, et, pour le second à ses Mémoires, on constate qu’ils s’opposent par leur caractère, leur comportement et leur rapport à la femme. Don Juan est un espagnol du XVIIe siècle qui…

  • 122. — D’un pourfendeur de mafias

    122. — D’un pourfendeur de mafias

    La chose est peu connue dans notre pays : chaque sortie de roman de Leonardo Sciascia était vécue en Italie comme un événement – un événement à la fois littéraire et politique. Ceci pour une raison simple : Sciascia ne cessait, dans ses livres, d’évoquer excellemment le pouvoir et toutes les formes mafieuses de la classe politique.…

  • 121. — Du secret du monde et des hommes

    121. — Du secret du monde et des hommes

    Le mystère du monde, d’aucuns choisissent de l’élucider grâce au voyage – les pays traversés en tous sens, le nez au vent. Comportement des plus compréhensibles : combien est plaisant l’ailleurs, l’agréable ailleurs, itinéraire de toutes les fuites. D’autres sont conduits par une philosophie totalement opposée : pour accéder à l’âme du monde, inutile de…

  • 120. — Du journal de Paul Morand

    120. — Du journal de Paul Morand

    Dix-huit ans se sont écoulés depuis la publication du Journal inutile de Paul Morand, et les passions – certes, quelque peu réanimées par la publication de la Correspondance Morand / Chardonne –, se sont partiellement apaisées, nous donnant toute latitude pour aborder les deux volumes sans préjugés. Une fois rappelés les habituels thèmes évoqués dans…