• espinose-ocean

    De l’océan

    Que le Comte de Lautréamont ait écrit de fort belles pages sur le Vieil Océan ne doit pas nous empêcher d’y aller de notre propre musique pour évoquer la voluptueuse, fougueuse et tonitruante étendue. Certes, sans doute convient-il dès l’abord de distinguer mer et océan car il n’est pas rare que d’aucuns emploient un mot…

  • espinose-politicaillerie

    De la politicaillerie

    D’un côté l’oligarchie (constituée de nos « pseudo-élites » politique, sociale, financière, entrepreneuriale), de l’autre le peuple (les cloisons qui séparaient classes populaires et classes moyennes ayant été depuis peu abattues), voilà comment, désormais, notre société se répartit ou plutôt se découpe. Entre les deux, davantage qu’un fossé : un cratère géant. Que s’est-il donc passé ?…

  • espinose-cafecommerce

    Du café du commerce

    S’il est un lieu équivoque, c’est bien le café du commerce. Equivoque car, nous laissant aller au confort cotonneux qu’il procure, nous en oublierions presque l’inanité (et quelquefois la dangerosité) des propos qui s’y tiennent. Que le client soit amateur de café ou buveur de bière, il se rend au café du commerce comme on…

  • espinose-tele

    De la télévision

    La TV aurait pu constituer le plus efficace et le plus séduisant outil de connaissance qui soit ; à l’origine, tous les espoirs étaient permis ; hélas, progressivement, la gangrène s’est installée puis répandue. Aujourd’hui, la TV n’est plus qu’un immense dépotoir, une décharge publique : déchets américains, émissions-jeux, télé-réalité, recyclage infini de vieux feuilletons,…

  • Du passé

    Du passé

    Notre rapport au passé est pour le moins ambigu. Constitué de choses mortes, il ne s’en rappelle pas moins à nous avec force et vivacité et même, quelquefois, avec bonheur. Choses mortes, oui, bel et bien. Le vécu, par définition même, est derrière nous ; les faits qui le constituent n’ont plus d’existence propre, même…