• espinose-heuregrise

    De l’heure grise

    Lorsque tombe le jour, une sorte d’inquiétude nous envahit. Aspiration vers l’infini ? Appel du transcendant ? Difficile d’expliquer ce pénible moment (« sentiment trouble des eaux basses, petite mort qui rôde », Gracq) qui provoque en nous confusion et marasme. Nous passons outre ou nous luttons. Hélas, la volonté mise à part, peu d’armes sont à…

  • espinose-naissance

    De la seconde naissance.

    Il faut du temps pour naître à soi-même. L’expérience y contribue, qu’accompagne une lente maturation spirituelle. C’est que le milieu familial et social, de même que l’environnement culturel, nous façonnent, nous mettant très tôt sur les rails. Mais ces rails ne nous appartiennent pas ; ils ne sortent pas de nos entrepôts. Bien sûr, certains…

  • espinose-mort

    De la mort

    Nous sommes très tôt confrontés à la mort — dès l’enfance. Elle concerne le monde des autres. L’innocence est là, qui fait vite oublier les absents. Lors de la prime jeunesse, un ami le plus souvent disparaît : une maladie foudroyante l’a emporté ou un accident a provoqué l’irréparable. A l’âge adulte, la perspective se…

  • humour-espinose

    De l’humour.

    L’humour, c’est bien connu, est une arme défensive (contrairement à l’ironie qui, elle, est une arme offensive). La réalité se montre toujours dure ; l’amateur d’humour s’en détourne par une pirouette. Formulé autrement : l’homme qui ne pratique pas l’humour affronte le réel tel qu’il est, dans sa nudité, sa rudesse ; celui qui le…

  • espinose-amitie

    De l’amitié

    Le désespoir commence avec l’abandon. Rien n’est plus beau, de plus riche que la solitude consentie, choisie (sur elle, Nietzsche écrivit de nombreux passages) ; rien de plus triste, de plus désolant que la solitude imposée (celle du vieillard dans le mouroir). L’être laissé seul, abandonné comme un vieux jardin, n’est plus que misère. La…