admin

  • Pâques (Vacances de). — Reprise du blog le 29 avril.

  • 121. — Du secret du monde et des hommes

    121. — Du secret du monde et des hommes

    Le mystère du monde, d’aucuns choisissent de l’élucider grâce au voyage – les pays traversés en tous sens, le nez au vent. Comportement des plus compréhensibles : combien est plaisant l’ailleurs, l’agréable ailleurs, itinéraire de toutes les fuites. D’autres sont conduits par une philosophie totalement opposée : pour accéder à l’âme du monde, inutile de…

  • 120. — Du journal de Paul Morand

    120. — Du journal de Paul Morand

    Dix-huit ans se sont écoulés depuis la publication du Journal inutile de Paul Morand, et les passions – certes, quelque peu réanimées par la publication de la Correspondance Morand / Chardonne –, se sont partiellement apaisées, nous donnant toute latitude pour aborder les deux volumes sans préjugés. Une fois rappelés les habituels thèmes évoqués dans…

  • 119. — De la double figure janusienne

    119. — De la double figure janusienne

    Il est, en France, des intellectuels dont certains dits « philosophes » (rappelons qu’un authentique philosophe crée des concepts), prompts à s’engager pour une destitution d’un régime (le plus souvent situé au Proche ou Moyen-Orient) dès lors que s’allume le moindre feu de révolte dans la contrée la plus reculée du pays ; ce sont, alors, les…

  • 118. — De la nature humaine

    118. — De la nature humaine

    Nous naissons pourvus d’une nature particulière – elle inclut le caractère – qui donnera une certaine inflexion à notre vie. De la même manière, nous naissons dans un type de corps qui influera aussi sur notre cheminement. Certes, notre nature se modifiera au cours du temps en fonction des expériences et des épreuves, et l’on…

  • 117. — D’une littérature enflammée

    117. — D’une littérature enflammée

    Avec Dominique de Roux, grand est le danger de s’en tenir non pas à quelques banalités mais à quelques généralités ciblées. Car l’homme appelle les discours convenus, commodes pour le circonscrire – et même l’emprisonner dans de diaboliques enfers. Oui, indéniablement, de Roux fut un authentique esprit libre. Les auteurs qu’il fréquenta (Pound, Gombrovick…), qu’il…

  • 116. — D’un adieu à la jeunesse

    116. — D’un adieu à la jeunesse

    « La vie nous aiguise en jeune / Puis elle nous déguise en vieux », chantait Claude Nougaro (« Berceuse à Pépé »). Au-delà du jeu de mots, sans doute peut-on penser, en effet, que la vie nous aiguise puis nous déguise. Elle nous impose en tout cas (passages obligés) ces deux phases extrêmes, extrêmes dans leur contenu –…

  • 115. — De l’amitié aventureuse

    115. — De l’amitié aventureuse

    Du roman de José Giovanni, Les aventuriers (1960), deux films furent tirés. Le premier, signé de Robert Enrico (1967), garda le titre du roman ; le second, réalisé par José Giovanni lui-même, prit pour titre La loi du survivant (1967). Si le mot fraîcheur peut-être accolé à un film, c’est bien à celui de Robert Enrico.…

  • 114. — Du fédéralisme européen

    114. — Du fédéralisme européen

    Afin d’inciter les Français à adhérer à la nouvelle Europe (la maastrichienne), Jacques Delors, entre autres sottises, déclarait en 1992 dans un entretien au Nouvel Observateur : « Avec l’euro les produits de première nécessité seront moins chers, les prix baisseront. ». On sait ce qu’il est advenu de cette perspective idyllique (« Au lieu du rose horizon, l’abominable…

  • 113. — D’un insoumis

    113. — D’un insoumis

    A Daniel Cohen. Au fond, seuls les réfractaires, seuls les irréguliers sont dignes d’intérêt. André Gide fut l’un d’eux, lui qui écrivit en février 1946 : « Le monde ne sera sauvé, s’il peut l’être, que par des insoumis ». Rappelons que l’écrivain exerça une influence énorme sur toute une génération d’intellectuels – disons celle qui précéda la…