Blog

  • 147. — De Port-Royal des Champs

    147. — De Port-Royal des Champs

    Dans son mince ouvrage Arcane 17, André Breton, évoquant « la grande tradition française », nous engage à assumer mêmement L’Encyclopédie et Port-Royal, ces deux mouvements ayant été habités, selon lui, d’un même esprit, « un esprit que nous n’avons jamais cessé de revendiquer, de faire nôtre ». L’esprit de Port-Royal, qu’est-ce à dire ? Passons outre les origines…

  • 146. — De l’instant magique

    146. — De l’instant magique

    Dans une vie, les épreuves ne manquent pas, et tout un chacun pourrait y aller du récit de ses déluges intimes. Pas de parcours individuel, en effet, qui ne soit semé d’embûches. Cependant, nous vivons aussi de magiques instants que, bien souvent, nous ne voulons pas (ne savons pas) apprécier comme tels. Les considérant comme…

  • 145. — D’un inévitable durcissement

    145. — D’un inévitable durcissement

    Jadis, la politique avait sa symbolique forte. Simpliste, peut-être, mais on ne peut plus explicite : la Gauche, c’était la main sur le coeur, la Droite, la main serrée sur le porte-feuilles. Les choses ainsi simplifiées, il était aisé d’y voir clair et de s’y retrouver. Aujourd’hui, les repères sont abolis : la Gauche ne sait plus…

  • 144. — D’un Bison Ravi

    144. — D’un Bison Ravi

    Dans les manuels de Littérature française à l’usage des lycéens, Boris Vian figure désormais dans la rubrique « Ecrivains libertaires ». En bonne compagnie, du reste : celle de Jacques Prévert et, toute proche, celle d’un « inclassable » : Raymond Queneau. Redessiner le profil de celui qui enchanta notre fin d’adolescence, lorsque, à l’hiver 1966, nous lûmes L’écume des jours,…

  • 143 . — De l’amour de la vie

    143 . — De l’amour de la vie

    Aimer la vie, outre en jouir dans ce qu’elle a de plus appétissant, c’est l’accepter dans ses manifestations les plus sommaires comme dans ses moments les plus délicats (les moins agréables). L’appétit pour la vie est lié au corps. Et le corps est bavard ; il est exigeant ; quelquefois, il a du mal à se rassasier.…

  • 142. — D’un autre Claudel

    142. — D’un autre Claudel

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’était un homme tranchant (sans nuances ?) : Claudel aimait passionnément (Rimbaud, Verlaine, Shakespeare, Dostoïevski, Bossuet…) et détestait violemment : Montaigne ? « Un esprit médiocre. » Stendhal et sa Chartreuse ? « Enfilade d’anecdotes absolument ineptes. » Flaubert ? « Cherche la beauté et la manque. » Proust ? « Lu avec beaucoup de répugnance. » Bernanos ? « Un raté. » Et…

  • 141. — De l’arrière-saison

    141. — De l’arrière-saison

    Lorsque le ciel azuré a cessé de plonger vers une mer devenue sage ; que les corps se refusent désormais à la morsure du soleil, alors, peut-être, le moment est-il venu de se concilier pleinement la vie. Noble objectif, certes ; mais comment procéder ? En tout premier lieu accepter les événements tels qu’ils se présentent et la…

  • 140. — D’un certain mythe viril

    140. — D’un certain mythe viril

    Chez Hemingway comme chez la plupart des Grands (Rousseau, Chateaubriand…), difficile de dissocier homme et oeuvre. De plus, concernant Hem’, histoire personnelle et légende se confondent. Le sportman (le safari, la pêche au gros, les accidents de chasse et de pêche), l’aficionado (si la corrida est mise en scène de la mort, le « style-matador » est…

  • 139. — De l’unité

    139. — De l’unité

    Les mythes, on le sait, constituent les premières manifestations culturelles humaines. A leur façon, certes un peu naïve mais non sans poésie, ils contribuaient jadis à expliquer la création du monde, des hommes et même les cycles successifs de ces créations. Il faut croire que ces histoires légendaires se révélaient satisfaisantes puisqu’elles se transmettaient de…

  • 138. — D’un quêteur d’absolu

    138. — D’un quêteur d’absolu

    Laurent Terzieff fut le contraire absolu du narcissique : « Je ne m’intéresse pas moi-même », aimait-il à dire. Et d’ailleurs, celui qui tint Bardot dans ses bras et tourna avec les plus grands réalisateurs (Carné, Autant-Lara, Rossellini, Demy, Garrel, Clouzot, Pasolini, Zurlini, Godard, Berri…), trouvait la célébrité fatigante, d’emblée gêné par ce statut de « star » qu’on…