De l’idéologie en littérature

L’idéologie n’a pas son pareil pour se faufiler dans les endroits les plus inattendus. C’est ainsi que des petits malins, qui jouent à confondre les opinions d’un auteur avec le contenu de ses livres, en arrivent à condamner tout un pan de la littérature. Pourtant, les vrais « liseurs » le savent : seul importe le style, à peine le contenu. Le contenu, c’est-à-dire l’histoire. « Il y en a plein les commissariats, des histoires… », disait L.-F. Céline. L’histoire, en effet, ne compte guère, l’argument suffit ; l’histoire, c’est bon pour le lecteur de Musso, de Lévy, de Pancol. Oui, il y a des « petits liseurs » comme il y a des petits fumeurs ou des petits buveurs.

Alors, existe-t-il un style de droite et un style de gauche ? On aurait pu le penser du temps des phrases courtes et sèches de nos hussards (Blondin, Déon, Laurent, Nimier) et de leurs maîtres Morand et Chardonne. Mais si ce dernier resta fidèle à une « condensation » revendiquée, nous constatons, avec le temps, un fléchissement de tous les autres vers une écriture plus académique, plus classique dirons nous (à l’exception, peut-être, de Roger Nimier).

L’écriture de gauche, elle, est plus brouillonne, plus négligée, sauf lorsqu’elle oublie le dogme ou lorsque ses auteurs se revendiquent des mêmes références que celles des hussards (les Mémoires du Cardinal de Retz par exemple). Roger Vailland fut de ceux-là, dont les deux autres livres de chevet, Les pléiades de Gobineau et Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos, ne doivent rien à la gauche, à son idéologie. Pourtant, notre homme se revendiqua communiste. Un communisme certes mâtiné de dandysme, ce qui le rapprochait des talons rouges de l’autre bord. On ne sort pas de l’ambiguïté.

Reste le roman purement « engagé », le roman à thèse. La priorité accordée à l’idéologie lui fait oublier le style. Il devient du coup périssable, illisible quasi, d’évoquer les rêves et les illusions d’un passé désuet qui n’a de charme que celui que l’on veut bien encore concéder à quelques photos sépia.

Post Comment

CAPTCHA *