De nos trésors intimes

Il est des ouvrages qui, en nos vies, ont compté ou comptent. Des livres qui, relus ou pas, sont des sortes de balises qui marquent nos cheminements. Intéressant, toujours, de savoir pour quelles lourdes raisons ces romans, ces essais nous ont parlé jusqu’à, parfois, infléchir le cours de nos existences.

Retrouver un livre lu durant notre adolescence nous fournit une clé, nous donne un début d’explication. Nos annotations, du reste à-demi effacées, révèlent les accointances, voire les identifications. Heureux nous sommes, de lire en un texte d’un auteur de renom ou de tradition, des pensées proches des nôtres. Attitude purement adolescente.

Il y a ensuite les ouvrages « coups de poing», les livres dont la rencontre avec notre être propre, fondamental, créent un choc violent. Ils bouleversent et transforment. Prendre des exemples de telle ou telle personnalité ayant livré le titre d’un ouvrage, citer des noms d’auteurs qui ont provoqué ce type de choc serait aisé. Mais inutile. Car les raisons profondes qui font que tel ou tel ouvrage bouscule X en ses fondations profondes lui sont personnelles et demeureront incompréhensibles à Y. Une théorie plaisante peut ici être avancée, qui explique ce type d’aimantation : un livre ne nous prend jamais vraiment par surprise ; nous nous dirigeons vers lui car son contenu se trouve déjà en nous : il nous ressemble.

Intéressant à plus d’un titre est le problème du livre de chevet. Il convient d’en distinguer deux formes. La première : livres en cours de lecture, ils s’attardent près de nous, sur notre table de nuit. Lectures lentes, quelquefois fastidieuses : les achèverons-nous ? La seconde : livres aux richesses infinies, nous les lisons et relisons sans cesse, et ceci durant notre vie entière. Ils nous révèlent à chaque fois de nouveaux trésors, ils nous procurent d’éternels enchantements, des grâces toujours renouvelées. C’est sans doute à ces ouvrages que se référait Louis de Bonald, lorsqu’il écrivait dans ses Pensées, songeant aux « véritables amateurs des lettres » : « Lorsqu’ils les savent par cœur, ils les relisent encore, sûrs d’y découvrir de nouvelles beautés, et d’y puiser une connaissance plus approfondie des ressources de l’art et des secrets de la nature. »

22 Comments

  1. Arnaud B.
    Arnaud B. 12 février 2018 at 10 h 40 min . Reply

    Mes dix :

    Huysmans, Là-bas ; oeuvres
    Marcel Schwob, oeuvres
    Novalis, Henri d’Ofterdingen
    Pierre Mac Orlan, A bord de l’Etoile Matutine ; oeuvres
    Barbey d’Aurevilly, Memoranda ; Le Chevalier des Touches ; oeuvres
    Balzac, Illusions perdues ; Splendeurs et misères des courtisanes
    Fromentin, Dominique
    Lovecraft, Les montagnes hallucinées ; oeuvres
    Gautier, Le capitaine Fracasse ; oeuvres
    Eliade, Les hooligans ; oeuvres

    Il faudrait y mettre aussi, T. Mann, Les Buddenbrook ; Stevenson Le maître de
    Ballantrae ; Tolstoï, Guerre et paix ; Zola, oeuvres.

  2. Bruno F.
    Bruno F. 12 février 2018 at 10 h 53 min . Reply

    Mes dix :

    Miller, Tropique du capricorne
    Tout Cioran
    Hamsun, Pan
    Giono, Que ma joie demeure
    Lowry, Au-dessous du volcan
    Tout Nietzsche
    Barbey, Les Diaboliques
    Pascal, Pensées
    Pessoa, Le Gardeur de troupeau
    Héraclite, Fragments

    A ces dix, je pourrais rajouter Vingt ans après de Dumas.

  3. Raymond E.
    Raymond E. 12 février 2018 at 11 h 28 min . Reply

    Mes dix :

    1. La nausée, Sartre.
    2. Le rachdingue, Henri-François Rey.
    3. Le roman vécu, Alain Jouffroy.
    4. Au-dessous du volcan, Lowry.
    5. Le Guépard, Lampedusa.
    6. Les confessions, Rousseau.
    7. Vie de Henry Brulard / Souvenirs d’egotisme, Stendhal.
    8. Mémoires d’outre-tombe, Chateaubriand.
    9. Le cahier rouge, Benjamin Constant.
    10. Journal, Julien Green.

    Me faudrait rajouter L’éducation sentimentale de Flaubert, Journal de l’année de la peste de Defoe, Venises de Morand et tous les essais de Jünger.

  4. Bernard C.
    Bernard C. 12 février 2018 at 11 h 32 min . Reply

    Mes dix :

    L’adieu au roi de Pierre Shoendoerffer
    L’arrache-cœur de Boris Vian
    Le funambule de Jean Genet
    La route bleue de Kenneth White
    Sur le fleuve Amour de Joseph Delteil
    Le passeur de silence de Tristan Cabral
    Manifestes du surréalisme d’André Breton
    Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire
    Lettre d’une inconnue de Stéphan Zweig
    Benjamin Peret : Tout ou presque

    A « mes dix », je rajouterais Van Gogh le suicidé de la société d’Antonin Artaud, Le livre de l’intranquillité de Fernando Pessoa et Mes inscriptions de Louis Scutenaire

  5. Philippe S.
    Philippe S. 12 février 2018 at 12 h 18 min . Reply

    Mes dix :

     » Les années  » Annie Ernaux
     » Voyage au bout de la nuit  » Céline
     » La vie de Lazarillo de Tormes  » Oeuvre anonyme
     » Un homme  » Philip Roth
     » Le quatrième mur  » Sorj Chalandon
     » La nuit de l’erreur  » Tahar Ben Jelloun
     » Bel- Ami  » Maupassant
     » De sang- froid  » Truman Capote
     » Casa- grande e senzala  » Gilberto Freyre
     » Les liaisons dangereuses  » Choderlos de Laclos

  6. Francis L.
    Francis L. 13 février 2018 at 18 h 04 min . Reply

    Mes dix auteurs par ordre alphabétique :

    BALZAC
    CHATEAUBRIAND
    FLAUBERT
    GARY (Romain)
    HUGO
    LOWRY
    NIETZSCHE
    ONFRAY
    PERRET (Jacques)
    SAINT-EXUPERY

    Je pourrais rajouter Ernest HEMINGWAY, André MALRAUX, Léon TOLSTOI et Arthur RIMBAUD (qui m’a toujours sidéré par son talent précoce et sa cruelle destinée).

  7. Françoise B.
    Françoise B. 13 février 2018 at 18 h 48 min . Reply

    Mes dix :

    Le rapport de Brodeck de Philippe Claudel
    La nuit, la neige de Claude Pujade-Renaud
    Beloved de Toni Morrison ( mais c’est un classique)
    A l’est d’Eden , les raisins de la colère ( ce sont aussi des classiques ) de Steinbeck
    Le manuscrit de la Giudecca de Yvon Toussaint
    Une terre d’ombre de Ron Rash
    Le testament français et l’archipel d’une autre vie d’Andréi Makine
    Le chagrin des vivants d’Anna Hope
    La grande Beune de Pierre Michon
    Confiteor de Jaume Cabré

    Et aussi Simenon, un classique dans lequel je peux puiser au hasard…

  8. Françoise B.
    Françoise B. 13 février 2018 at 18 h 49 min . Reply

    Mes dix (liste en partie corrective, en partie complémentaire) :

    Les Essais de Montaigne (que je placerai en premier, celui à prendre sur l’île déserte s’il n’en faut qu’un.)
    Du côté de chez Swann et Le temps retrouvé de Proust (certaines pages sont sublimes).
    Les fleurs du mal de Baudelaire.
    Madame Bovary de Flaubert.
    Confiteor de Cabre.
    Voyage au bout de la nuit de Céline.
    Beloved de Toni Morrison.
    A l’est d’Eden de Steinbeck.
    Crime et châtiment de Dostoïevski.
    Les liaisons dangereuses de Laclos.

  9. Bruno R.
    Bruno R. 13 février 2018 at 21 h 18 min . Reply

    Mes dix :

    Les Mémoires d’Hadrien, Marguerite Yourcenar
    Le jeu des perles de verre, Hermann Hesse
    Entretiens avec le Professeur Y, Céline
    J’avoue que j’ai vécu, Pablo Neruda
    Nous autres, Evgueni Zamiatine
    Le maître et Marguerite, Mikhaïl Boulgakov
    Le docteur Faustus, Thomas Mann
    Histoire de la Rome antique, les armes et les mots, Lucien Jerphagon
    Salammbô, Gustave Flaubert
    Le quattuor d’Alexandrie, Lawrence Durrel

  10. Sylvain F.
    Sylvain F. 15 février 2018 at 10 h 15 min . Reply

    Ce seront des personnages que je livrerai, car :
    — les auteurs ne m’intéressent pas ;
    — ils s’effacent et doivent le faire devant leurs créations.
    La littérature les a révélés, au sens de la chambre noire ou de l’archéologue qui met au jour.

    En voici seize à la douzaine, que je compléterai au besoin :
    – Bernardo Soares (comptable)
    – Schweik (soldat)
    – Ubu (roi)
    – Borges (y Yo)
    – Bartleby (scribe)
    – Goa (simple)
    – Till (espiège)
    – Don Quichotte (chevalier)
    – Pantagruel
    – Rastignac
    – Tristram Shandy
    – Odysseus
    – Alice (exploratrice)
    – Aladin (embouteillé)
    – Mr K. (condamné).
    – M. Plume

    Nota :
    — Certains d’entre eux sont aussi des auteurs. Mais ce n’est là qu’apparence, et où gît le tour de force (en italique, ces trois derniers mots).
    — Ces créatures, sous lesquelles se sont évanouis leur auteur, évoluent désormais dans un univers où l’espace et le temps n’ont pas cours.

  11. Sylvain F.
    Sylvain F. 15 février 2018 at 14 h 50 min . Reply

    Errata (et tata rata tata) :

    Dans la liste de personnages, il faudrait ajouter ces deux-là, qui ne sont des moindres :

    – Maldoror
    – Oblomov.

    Ce n’est et ne sera jamais complet.
    Pour ce qui est du Docteur Faustroll, que l’on pourrait s’étonner de ne pas trouver ici, pas davantage que M. Teste, il n’est un personnages mais une idée.

  12. Bruno R.
    Bruno R. 15 février 2018 at 17 h 29 min . Reply

    Je rajoute une liste, celle des « dix livres lus en 2017 – et sortis récemment – qui m’ont marqué « , dans le désordre (ou plutôt, dans l’ordre de ma mémoire) :

    « Prendre les Loups pour des Chiens » d’Hervé Le Corre.
    « Désobéir » de François Gros
    « Alma » de JMG Le Clézio
    « Souvenirs dormants » de Patrick Modiano
    « Hôtel du Grand Cerf » de Franz Bartelt
    « L’Ordre du jour » d’Eric Vuillard
    « Confiteor » de Jaumé Cabré
    « Mes Mille et une Nuit » de Ruwen Ogien
    « 7 » de Tristan Garcia
    « Toutes les vagues de l’océan » de Victor del Arbol
    « Les Filles au Lion » de Jessie Burton

    On verra dans quinze ans lesquels seront restés dans ma mémoire, ou plutôt lesquels seront passés de l’actualité à l’histoire ou aux oubliettes…

  13. Rémi B.
    Rémi B. 15 février 2018 at 18 h 44 min . Reply

    Mes dix :

    Gargantua, de Rabelais
    Le Banquet, de Platon
    Don Quichotte, traduction Aline Schulman, de Cervantes
    Les Essais, de Montaigne
    Les Affinités électives, de Goethe
    Mémoires d’outre-tombe, de Chateaubriand
    La Guerre et la Paix, de Tolstoï
    Les Raisins de la colère, de Steinbeck
    Ulysse, de Joyce
    La Société Féodale, de Marc Bloch

  14. Pierre C.
    Pierre C. 15 février 2018 at 23 h 15 min . Reply

    Je commencerai avec les six piliers de ma bibliothèque :

    L.F. Céline, toute l’oeuvre suivant « Mort à crédit », et la correspondance; a-t-on jamais fait danser la langue et l’émotion avec tant d’abnégation – pour peindre la tragédie humaine mêlée à un grand rire ? Sublime chroniqueur des grands guignols…

    Marcel Proust, A la recherche du temps perdu; s’est-on aventuré aussi loin dans les méandres d’une vie humaine ?

    Stendhal, sans réserves et avec bonheur; peut-on être un compagnon de lecture moins ennuyeux ? J’ose à peine rappeler la remarque d’André Suarès « Plus on admire Stendhal et plus on est intelligent ».

    François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe; cet emmerdant enchanteur ! il aura eu le privilège de traverser une des plus belles période de l’histoire de France.

    Charles Baudelaire, oeuvres; parce que « c’est un soleil couchant; comme l’astre qui décline il est superbe, sans chaleur et plein de mélancolie ».

    Thomas Bernhard, oeuvres; pour une certaine volupté à se promener au bord des gouffres, de la folie, avec ironie; un musicien qui jouait de la littérature.

  15. Anne-Sophie L.
    Anne-Sophie L. 17 février 2018 at 15 h 38 min . Reply

    Mes dix :

    Claudel, L’annonce faite à Marie.
    Green, Journal.
    Daniel-Rops, L’âme obscure.
    Mauriac, Mémoires intérieurs suivi de Nouveaux mémoires intérieurs.
    Bernanos, Journal d’un curé de campagne.
    Maître Eckhart, Oeuvres.
    Michel de Saint-Pierre, Les nouveaux prêtres, suivi de La passion de l’abbé Delance.
    Jacques Maritain, Carnet de notes.
    Jean Tauler, Sermons.
    Saint-Augustin, Confessions.

  16. Raymond E.
    Raymond E. 19 février 2018 at 10 h 30 min . Reply

    Ce catalogue de catholiques, de chrétiens, de mystiques, de pères de l’Eglise, chère Anne-Sophie, ne laisse pas de m’interroger… Je ne t’imaginais pas pareillement entourée !
    Mais puisque tu cites les Mémoires intérieurs, sans doute te souviens-tu que Mauriac y cite ses livres de chevet de jeune homme ; il fait sa liste, lui aussi. Les livres qu’il relisait, lors de ses vertes années sont :

    — Adolphe
    — Madame Bovary
    — L’éducation sentimentale
    — Le moulin sur la Floss
    — Middlemarch
    — Dominique

    Mauriac donne aussi « ses trois » où, devenu adulte, on peut entrer et sortir comme bon nous semble — dans lesquels on peut « picorer », dirait notre cher Pierre. Ce sont :

    — La comédie humaine
    — La recherche du temps perdu
    — Guerre et paix

    Puis, comme nous tous, Mauriac rajoute un ou deux titres : le Journal intime de Constant, La haute plaine d’Emilie Brontë.

    Tant que j’y suis quant aux listes, je trouve, dans les premières pages de la correspondance de Flaubert, sa liste de relecture, alors qu’il était jeune homme :

     » Les gens que je relis habituellement, mes livres de chevet, ce sont :

    — Montaigne
    — Rabelais
    — Régnier
    — La Bruyère
    — Le Sage  »

    Puis, lui aussi y va de ses rajouts :

     » J’avoue que j’adore la prose de Voltaire et que ses contes sont pour moi d’un ragoût exquis.
    J’ai lu Candide vingt fois, je l’ai traduit en anglais et je l’ai encore relu de temps en temps. Maintenant je relis Tacite. Dans quelque temps, quand j’irai mieux, je reprendrai mon Homère et Shakespeare. Homère et Shakespeare, tout est là !  »

    Que Dieu te garde, chère Anne-Sophie.

  17. Franck L.
    Franck L. 19 février 2018 at 18 h 04 min . Reply

    Mes dix :

    ALBERT COSSERY, Mendiants et orgueilleux (ainsi que le reste de l’ oeuvre).
    EMILE ZOLA, Oeuvre.
    VICTOR HUGO, Les Misérables
    GUSTAVE FLAUBERT, Salammbô, l’ Education sentimentale.
    STENDHAL, Le Rouge et le Noir
    PLATON, le Gorgias
    PIERRE SCHOENDOERFFER, Le Crabe-Tambour, l’ Adieu au Roi, La 317éme Section
    ROBERT ERWIN HOWARD, Cycle Conan le Barbare
    JACK KEROUAC, On the road et autres écrits.
    LOUIS FREDERIC ROUQUETTE, La Bête errante

    A ces dix, je rajouterai JACK LONDON, Jerry dans l’ Ile ainsi que ses écrits sur le Grand Nord

  18. Bérangère B.
    Bérangère B. 22 février 2018 at 23 h 09 min . Reply

    Mes dix :

    Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée.
    Marguerite Yourcenar, Mémoires d’Hadrien
    Hélène Cixous, Le troisième corps, Les commencements.
    Françoise Xénakis, La natte coupée.
    Michèle Manceau, Pourquoi pas Venise, La vie violente.
    Marie-Josèphe Guers, La fiancée du Nord, Tu te souviens.
    Marie Cardinal, Deux ou trois choses que je sais d’elle, Des mots pour le dire.
    Louise Michel, Oeuvres.
    Simone Weil, L’enracinement.
    Anne Wiazemsky, Jeune fille.

  19. Aube L.
    Aube L. 22 février 2018 at 23 h 50 min . Reply

     » Mes dix  » :

    Le passage, Place des angoisses et Le corridor, de Jean Reverzy.
    Encore, de Jacques Lacan.
    Barrage contre le Pacifique, de Marguerite Duras.
    Paulina 1880, de Pierre-Jean Jouve.
    Je ne suis pas mort, et poèmes d’André de Richaud.
    Les aveux infidèles de Jacques de Bourbon-Busset
    Flirt en hiver, de Roland Jaccard.
    Opium, de Jean Cocteau.
    Nouveaux écrits de Rodez, d’Antonin Artaud.
    Qui je fus, d’Henri Michaux

  20. Marianne V.
    Marianne V. 23 février 2018 at 11 h 37 min . Reply

    Mes dix :

    — de Colette : Sido et Les vrilles de la vigne
    — de Victor Marguerite : La Garçonne
    — d’Aragon : Aurélien
    — de Diderot : La Religieuse
    — de Jacques Perry : Yo Picasso
    — de Catherine Clément : Le voyage de Théo
    — de Claire Pauwells : Fille à Papa
    — de Salvador Dali : Journal d’un génie
    — de Marguerite Duras : Le ravissement de Lol V. Stein
    — de Gérard de Cortanze : Les Vice-Rois et Zazous

  21. Maryam V.
    Maryam V. 23 février 2018 at 15 h 34 min . Reply

    Mes dix :

    . Le quatrième mur, Sorj Chalandon.
    . Le cèdre du Liban, Désirée Aziz
    . Réflexions sur la question juive, Sartre
    . Sous les cèdres du Liban, Gérard-Robert Cormy
    . La main de Dieu, Yasmine Char
    . La mémoire des cèdres, Jacqueline Massabki / François Porel
    . Sous la tonnelle, Yam Yared Schoucair
    . Villa de femmes, Charif Majdalani
    . Le monde moderne et la question juive, Edgar Morin
    . Les désorientés, Amin Maalouf

  22. Raymond E.
    Raymond E. 25 février 2018 at 10 h 22 min . Reply

    De Jünger, ceci (dans Graffiti) :

    « Pour finir,
    nous vivons avec une douzaine de livres,
    notre ration de réserve.
    Ils nous confortent dans la solitude de la vieillesse,
    dans le malheur, dans la pauvreté,
    et même dans les prisons.
    Du sable du désert,
    notre crible a gardé une poignée de pierres précieuses.

    Les grands livres sont des solitaires ;
    ils s’élèvent hors des littératures,
    jusqu’au niveau de l’incomparable.
    Pour bien en jouir,
    il nous faut avoir traversé la littérature,
    il faut nous être débarrassés d’elle. »

Post Comment

CAPTCHA *